Le président Michel le Bot Présent sur le national de Chalon sur Saône.

image_print

Présent à Chalon lors de ce National de rêve, Michel Le Bot, président de la Fédération française de pétanque et jeu provençal (FFPJP) depuis mars dernier, a évoqué pour nous les prochaines réformes concernant les Nationaux tout en exprimant sa déception pour Paris-2024.

« J’ai eu la chance en 2019, de venir aux championnats de France de Charnay-les-Mâcon et j’ai noué, à cette occasion, des relations amicales avec Robert Dutronc et Daniel Raffin. Quand je suis devenu président le 20 mars dernier, ils m’ont demandé si mon emploi du temps me permettait de venir à Chalon et j’ai tout fait pour être là. Je tiens à saluer leur courage et presque leur folie de maintenir ce 512 triplettes. C’est un événement plus grand qu’un championnat de France avec un plateau extrêmement relevé ».

Évoquons les Nationaux justement. On dit que des réformes vont être mises en place ces prochains mois, pouvez-vous nous en dire plus ?

« Aujourd’hui, on a initié une réflexion sur la classification des nationaux, différente de ce qui se pratique en ce moment. Ne basons pas les Nationaux ou Internationaux que sur l’argent mais aussi sur la qualité du plateau. Les joueurs doivent comprendre qu’un succès dans un National cela ne se négocie pas. Pour moi, le partage, à partir des quarts ou de demies ou même avant, entraîne le fait que les Nationaux perdent toute leur valeur sportive. Je pense sincèrement que les résultats des Nationaux ne reflètent pas la qualité de nos joueurs, le classement d’aujourd’hui est une aberration sportive. Les seules compétitions qui représentent parfaitement ce classement sont les championnats divers, France, régions ou départementaux. Si les joueurs veulent scier la branche sur laquelle ils sont assis, qu’ils le fassent. Sans moi ».

La pétanque n’a pas vraiment bougé depuis des décennies. Au bout des Nationaux, les sommes sont parfois ridicules alors que les joueurs sortent de deux jours de compétition.

« Dans la réorganisation des Nationaux, nous avons cette réflexion concernant les prize money. Faut-il trouver des solutions pour que ceux qui arrivent le dimanche matin pour les 8e  aient des dotations suffisantes ? Oui, j’en suis convaincu. Est-ce que le joueur qui perd en sortie de poule doit être déshabillé pour autant ? Non. Il faut trouver un juste milieu entre celui qui vient et qui perd tout le temps et celui qui gagne tout temps. On étudie plusieurs hypothèses, l’année prochaine on devrait définir le plan d’action ».

Vous avez bien une petite idée ?

« Mettre en place un circuit fédéral pour tout le monde, hommes, femmes, jeunes et jeu provençal. Il va falloir trouver des organisateurs qui sont prêts à travailler main dans la main avec la Fédé pour constituer au final un vrai circuit fédéral capable de définir un ranking – classement – de l’ensemble des joueurs et cela pourrait amener en fin d’année une finale des Nationaux, un peu comme au tennis, et qui aurait toute sa signification sportive ».

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*